Rien ne va plus à Monaco ou la naissance du Casino de Monte-Carlo

Pour comprendre la naissance du Casino de Monte-Carlo, il faut remonter à l’année 1848 durant laquelle Menton et Roquebrune, parties intégrantes de la Principauté de Monaco, se déclarent villes libres et se mettent sous la protection du Royaume de Sardaigne. Monaco se trouve amputée de 90% de son territoire, qui se limite alors au Rocher, qui abrite le palais princier, entouré de quelques terres arides. Ainsi privée de sa ressource principale, la culture des agrumes, la viabilité-même de la principauté est remise en question. Mais que faire, sur un territoire aussi exigu ? Loin de là, une petite principauté voisine de la Prusse, la ville de Hombourg, a réussi à affronter une situation assez similaire à celle de Monaco en légalisant une activité prohibée à peu près partout en Europe : les jeux de casino. Un entrepreneur, François Blanc, a monté avec succès à Hombourg une très rentable activité consistant à faire venir sur ce minuscule territoire, la noblesse et la grande bourgeoisie de l’Europe entière, à installer ces riches visiteurs aux tables de jeux, garantissant ainsi à Hombourg une prospérité enviée de tous ses voisins. Dans le même temps, non loin de Monaco, Nice commence à accueillir de riches touristes, qui profitent du tout nouveau chemin de fer pour venir goûter la douceur du climat. Il n’en faut pas plus à Monaco pour tenter de réaliser, ce que Hombourg a réussi…

La naissance de Monte-Carlo

En 1856, le premier salon de jeu ouvre ses portes. Mais les difficultés sont nombreuses et le démarrage chaotique. Monaco fait venir François Blanc et celui-ci va appliquer les recettes qu’il connait bien… Un vrai casino est construit, sur l’emplacement de l’actuel casino, une entreprise est créée pour l’exploiter : la Société des Bains de Mer. En 1863, tout est en place pour démarrer ce qui ne s’appelle pas encore une véritable industrie du tourisme de luxe. En 1864, un luxueux palace est construit face au casino, l’Hôtel de Paris Monte-Carlo. Peu à peu, un nouveau quartier est créé. En hommage au Prince Souverain, Charles III, on l’appelle Monte-Carlo. En 1898, l’Atrium du casino prend la forme qu’il présente encore aujourd’hui : un magnifique vestibule aux 28 colonnes de marbre (toutes sont en marbre d’imitation, sauf une !). Il débouche sur le Salon de l’Europe éclairé encore aujourd’hui par huit lustres en cristal de Bohème pesant plus de 150 kg chacun. Le visiteur qui lève le nez y remarquera dans chaque coin, des œils-de-bœuf par lesquels pouvait s’exercer une surveillance discrète, une sorte de vidéosurveillance avant l’heure ! En 1903, le casino s’agrandit avec la Salle Blanche, éclairée par d’immenses cariatides portant des luminaires. Au plafond, trois grâces florentines sont peintes et l’artiste, un brin facétieux, leur a donné le visage de trois célèbres « courtisanes » de l’époque : Cléo de Mérode, Liane de Pougy et la belle Otéro. Nouvel agrandissement encore en 1910 avec l’ouverture de la Salle Médecin, d’un luxe époustouflant dédié au style Empire. Ses lambris d’acajou sont remarquables. Cette salle abrite aujourd’hui les salons privés du casino.

L’opéra de Charles Garnier

Mais le joyau du Casino de Monte-Carlo est sans doute la Salle Garnier, inaugurée en 1879 et réalisée par Charles Garnier, l’architecte de l’opéra de Paris. Le chantier dura huit mois, jour et nuit, éclairé au gaz la nuit, tandis que d’incessantes rotations de chemin de fer entre Paris et Monaco apportaient le matériel. La salle Garnier, récemment restaurée, est un des chefs d’œuvre de Monaco. Elle témoigne, encore aujourd’hui, de la démesure et de l’audace qui ont présidé à la construction du Casino de Monte-Carlo…

1857 - Villa Bellevue à la Condamine
1857 - Villa Bellevue à la Condamine
1865 - Le Casino
1865 - Le Casino
1863 - La construction du Casino
1863 - La construction du Casino
1866 - Hôtel de Paris
1866 - Hôtel de Paris
1868 - Place du Casino en travaux
1868 - Place du Casino en travaux
1869 - Le casino depuis les terrasses du soleil
1869 - Le casino depuis les terrasses du soleil
1870 - Vue générale de Monaco
1870 - Vue générale de Monaco
1875 - Le Casino et sa place
1875 - Le Casino et sa place
1889 - Extension du Casino
1889 - Extension du Casino
Fermer ×