Petite histoire du rallye Monte-Carlo

C’est en 1909 que l’idée d’un rallye automobile prend forme à Monaco. Alexandre Noghès, Président de l’Association Sport Automobile Vélocipédique Monégasque, l’ancêtre de l’actuel Automobile Club de Monaco, suggère une course qui relierait un grand nombre de villes européennes, à partir desquelles partiraient les concurrents pour converger à l’arrivée à Monaco. Comme de coutume, c’est la puissante Société des Bains de Mer, fondatrice et exploitante des activités de Monaco, qui finance ce projet, avec toutefois l’idée d’exploiter les retombées commerciales d’un tel projet : le rallye est l’occasion de faire venir à Monaco des riches passionnés d’automobile de l’Europe entière. De surcroît, leurs voitures sillonneront les routes munies du sigle « Rallye Monte-Carlo », une très astucieuse publicité pour la destination…

En 1911, tout est prêt et le premier rallye a lieu. Pendant près d’une semaine, les départs s’échelonnent à des dates et à des heures proportionnelles à la distance qui les sépare de Monaco. De Paris, Bruxelles, Genève, Vienne ou Berlin, les voitures se mettent en route, prévues pour une moyenne de 10km/h arrêts compris, pour une arrivée prévue le samedi 28 janvier à Monaco.

16 voitures rallient avec difficulté la Principauté. Parti de Berlin le 21 janvier, von Esmark arrive le premier, au bout d’un voyage de 1700 km parcouru à une moyenne de 30 km/h. Mais n’ayant pas participé au défilé, il est déclassé, laissant la place à Henri Rougier sur Turcat-Mery !

Henry Rougier est un habitué des lieux, c’est lui qui, quelques mois auparavant, le 3 mars 1910, avait réalisé le premier vol au-dessus de la Méditerranée au commandes de son avion biplan Voisin ; prouvant ainsi que l’on peut accomplir des exploits dans les airs et sur terre ! Il gagne 10 000 francs or en espèce et un bronze d’art.

Le rallye Monte-Carlo est lancé et dès la deuxième année, le succès est au rendez-vous. Bien entendu, le rallye devra s’éclipser durant les années de guerre mais en 1924, il est relancé avec succès.

Dans sa configuration initiale, le rallye Monte-Carlo n’était pas à proprement parler une course de vitesse mais plutôt de régularité. Et d’endurance mécanique et humaine car à cette époque, traverser l’Europe en voiture, en plein hiver, relevait bien entendu de l’exploit…

Conforme à l’intention commerciale de la Société des Bains de Mer d’attirer une clientèle fortunée à Monaco, le rallye se dota d’une épreuve féminine afin d’y adjoindre l’indispensable touche de glamour et d’élégance…

Le Rallye Monte-Carlo devient une véritable épreuve sportive

Deuxième guerre mondiale et deuxième interruption mais dès les années 50, le rallye s’inscrivit parmi les grands rallyes automobiles européens, comptant pour le Championnat Européen de Grand Tourisme puis pour le Championnat d’Europe des Rallyes, avant de rejoindre le WRC en 1973.

A partir des années 1960, la vitesse pure est également prise en compte et les grandes écuries automobiles professionnelles s’intéressent à l’épreuve. Le temps des « gentlemen drivers » se termine peu à peu mais d’autres épreuves mythiques apparaissent avec un tracé sur les routes escarpées d’Ardèche ou au célèbre Col de Turini, qui ont fait la renommée, dans les années 60 des Alpine Renault et autres Mini Cooper.

Le rallye historique

Depuis 1998, l’esprit de pure compétition du rallye subsiste mais un retour à l’esprit originel a eu lieu avec l’organisation d’un rallye historique, basé, lui, sur la seule régularité et qui donne la joie de revoir à Monaco, chaque hiver, des BMW 2002, des Ford Capri, des Porsche 911 ou des Lancia Stratos…

Ainsi, le Rallye Monte-Carlo, chaque hiver, boucle lui aussi la boucle et renoue avec son passé prestigieux et l’esprit initial de 1911…

1911 - Rallye Monte carlo
1911 - Rallye Monte carlo
1929 - Rallye Monte Carlo
1929 - Rallye Monte Carlo
1950 - Rallye Monte Carlo
1950 - Rallye Monte Carlo
1969 - Rallye de Monte-Carlo
1969 - Rallye de Monte-Carlo
1935 - Rallye de Monte-Carlo
1935 - Rallye de Monte-Carlo
Fermer ×