Monaco et les Russes Blancs

Au début du XXème siècle, dire que Monaco attirait la noblesse russe relève de l’euphémisme. Fuyant un hiver rigoureux, les nobles russes n’avaient d’yeux que pour la Côte d’Azur et particulièrement pour son joyau : Monaco.

La prospérité du lieu et singulièrement celle du casino dut beaucoup à la communauté russe. Après la révolution d’octobre 1917 et à la fin de la guerre de 14, le Casino de Monte-Carlo s’informa de ce qu’étaient devenus ses 650 clients russes répertoriés dans ses fichiers. 430 avaient péri de mort violente. Certains survivants, ruinés pour la plupart, revinrent à Monaco dans une forme d’exil plus ou moins volontaire. Camille Blanc, le dirigeant de la Société des Bains de Mer n’eut pas la mémoire courte et en reconnaissance aux sommes extravagantes que certains avaient laissées sur les tapis de jeu, leur proposa des emplois de « conseillers techniques » leur permettant ainsi de subsister. A l’image de l’un d’eux, Simon Malutine. Du temps de sa splendeur, sa distraction consistait à jeter des pièces d’or par le balcon de sa chambre d’hôtel et de voir les passants les ramasser. Après la révolution, il fut l’un des « conseillers techniques » du casino, jouissant ainsi d’une petite rente jusqu’à sa mort en 1935.

1919 - Grand Duc Boris de Russie
1919 - Grand Duc Boris de Russie
1930 - Grand Duc Dimitri de Russie
1930 - Grand Duc Dimitri de Russie
Années 20 - Serge de Diaghilev
Années 20 - Serge de Diaghilev
Fermer ×