La Belle Otero, grande joueuse et habituée du Casino de Monte-Carlo

Caroline Otero naît en Espagne le 4 novembre 1868 sous le patronyme d’Agustina Otero Iglesias. Dès l’âge de 12 ans, elle danse dans les rues, les auberges ou les cabarets pour subvenir à ses besoins et ceux de sa famille. Elle arrive ensuite à Paris à l’âge de 21 ans et débute sa carrière au Cirque d’été et au Grand Véfour. Les journalistes, alors éblouis et toujours en veine de nouveauté, lui donnent le surnom de « Belle Otero ». Femme fatale (plusieurs de ses amants, malheureux, se suicideront, et certains rivaux se provoqueront en duel), elle enchaîne rapidement les tournées et séduit les grands de ce monde : des rois, des aristocrates, des écrivains ou encore des hommes politiques.

Mais elle est aussi une grande joueuse et habituée du Casino de Monte-Carlo. Elle s’y rend au bras de ses soupirants qui mettent généreusement la main à la poche pour éponger ses pertes parfois colossales. Elle n’a guère d’estime pour la gent masculine : « Quand un homme est riche, il n’est plus laid », a-t-elle l’habitude d’affirmer.

La Belle Otero quitte les planches en 1915, au sommet de sa gloire, afin de laisser d’elle le souvenir d’une femme belle et désirable. Elle s’installe à Nice, où elle achète un manoir, qu’elle ne parviendra cependant pas à conserver : elle passe son temps au Casino, accumule les pertes et sombre dans la ruine. A partir de 1951 et jusqu’à sa mort, la Société des Bains de Mer verse à Caroline Otéro une allocation annuelle.

Elle décède le 10 avril 1965 d’une crise cardiaque, seule et sans un sou.

La Belle Otero
La Belle Otero
Casino de Monte-Carlo
Casino de Monte-Carlo
Casino de Monte-Carlo
Casino de Monte-Carlo
Fermer ×